, ,

La balade sauvage

Un vestiaire inspiré d’un brésil, bariolé de couleurs vives, où les cacaotes côtoient une végétation luxuriante.

Piccione/Piccione SS 2018

Pour ce printemps-été 2018 présenté lors de la dernière Fashion Week de Milan, Salvatore Piccione a proposé une collection aux imprimés riches, qui puise ses influences dans l’Amérique du Sud. Les premières silhouettes, à la manière d’une toile vierge, sont d’un blanc immaculé parsemées de légères touches de couleurs. Des robes courtes et longues, aériennes, brodées de fines fleurs, dont les épaules dénudées ou recouvertes de fines bretelles, laissent une empreinte romantique sur ce début de défilé.

Chez Piccione, le travail autour des tissus se déploient dans différentes textures : des voiles légers jusqu’à une jupe longue en satin brodée de lys. C’est dès le premier tiers du défilé qu’apparaissent les premiers imprimés, des fleurs blanches, rouges couvertes de feuilles d’un vert tendre développées sur un caraco ou de délicates robes. Des motifs qui prennent de l’ampleur, recouvrant ensuite entièrement les vêtements. Les coloris tirant là davantage sur l’orange, le rose fuchsia ou un indigo soyeux.

Les formes des vêtements eux aussi s’autorisent une légère exubérance, comme ces robes chemises cintrées à la taille à la manière d’une combinaison. Les manches tombent parfois jusqu’au bout des ongles, dénudant ainsi les épaules des jeunes filles. Les animaux se dévoilent au fur et à mesure de la collection : sur une slip-dress des singes jouent dans les branches d’un palmier, des papillons battent des ailes sur le bustier d’une robe. C’est un vestiaire inspiré d’un brésil, bariolé de couleurs vives, où les cacaotes côtoient une végétation luxuriante. Dans le dernier tiers du défilé, les robes se font longues et brillantes, de fins sequins se mêlent au fleurs blanches et roses pâles, sublimant les corps dans des tissus moirés et transparents.

La légèreté est mise en avant par la marque, les tenues sont débarrassées de veste ou de pièces superflues, les étoffes enserrent la peau avec douceur, comme dans un col et des manches détachées du corps d’une robe bustier. On perçoit une décontraction diffuse dans les pièces du défilé : des lacets qui tombe d’un col à la manière d’un hoodies, des crocs tops en crochet retenue par de fines bretelles, un short court à l’allure sportive.

 C’est une collection à l’esprit sudiste qui est défendu pour l’été 2018, la force de la marque étant de construire un univers romantique et onirique à travers un équilibre des propositions stylistique, jonglant entre abondance des motifs et coupes classiques maitrisées.

Texte de Florent Cammas//Photos de Laureen Gazio 

 

Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *