,

Le désir dans la mode, une mécanique du corps

Quand j’ai observé les photographies de Laureen, je me suis interrogé sur la douce sensualité qui s’en dégageait. Sculptée dans des ensembles de lingerie, son modèle instaure en nous une agréable tension érotique, nous forçant sans trop d’effort à regarder un corps magnifier sous une corseterie sophistiquée. Ainsi, comme dans la cadre de ce shooting, la mode par son lien si particulier avec l’anatomie humaine fait affleurer le thème du désir. Mais comment celui-ci se dévoile-t-il ?

lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe

Les fils de nos habits portent les souvenirs de notre vie, ils sont une seconde peau qui éprouve les évènements de l’existence.

De l’empreinte physique d’une personne à travers un tissu, le vêtement est aussi le réceptacle de la vision créative d’un couturier autour de sa singulière conception de l’anatomie humaine. Un corps qui : « dans les arts prend soudain une autre dimension. Il se transforme en encyclopédie des passions, en répertoire des fantasmes ».

La mode va déployer un vocabulaire spécifique à chaque designer, révélant les « contradictions de notre conscience et l’ampleur phénoménale de nos désirs ».

Dans la mode, le désir, c’est d’abord celui d’habiller l’individu, de recouvrir un corps nu ;

générant chez le créatif une tension, celle d’une réinvention permanente de la compréhension de l’anatomie humaine.  

Ce sentiment, proche d’un énervement érotique prend son essor dans la surcharge émotive qu’on met dans l’acte de penser le vêtement. Comme l’avait remarqué Jarry dans le Surmâle : « l’amour est un acte sans importance puisqu’on peut le faire indéfiniment». Une définition pouvant tout aussi bien s’appliquer à l’habillement, activité quotidienne et répétitive.

Tout se joue alors dans la considération qu’on réserve à cet acte, car c’est dans l’énergie qu’on place à tendre une étoffe sur un corps, qu’une sensibilité exacerbée est générée, encourageant un rapport passionnel à l’objet désiré. Cette énergie s’érige ainsi comme une force pulsionnelle qui vise à dialoguer avec l’Autre, le simple besoin humain de sortir d’un état de solitude en s’aventurant sur un territoire inconnu qu’est l’altérité.

Dans le cas des vêtements, pour donner corps à ses passions, créer une matérialité à cette envie de lien humain, il y a nécessité de passer par le biais du tissu afin de recouvrir tout entier l’autre de son désir à l’aune de son goût.

recouvrir tout entier l’autre de son désir à l’aune de son goût.

Le corps alors couvert de fils devient le : « réceptacle de deux satellites de l’amour, le trouble et le désir », nous rappelle que dans la mode ou dans « l’amour le corps est ici ».

Cette interrogation sur le thème de l’érotisme dans la mode, prend racine dans la question de l’irreprésentabilité liée au désir. En effet, en explorant leur imagination infinie, les créateurs de mode rencontrent les limites de la représentation, liée au réel. Ils deviennent ainsi, les conducteurs tourmentés d’une pensée qui devient métamorphosée en matière par le tissu. Ces derniers ont su rendre la mode radicale dans l’exploration du vulgaire, du trop sexy, du trop nu.

Et alors qu’aujourd’hui l’horizon semble éprouver une pollution lumineuse, où la mode qui aguiche est rentrée dans les mœurs,

peut être devons-nous faire revenir parmi la création de vêtements, une ultra luminosité, capable de nous montrer la complexité de l’univers fantasmagorique des designers.

lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe

TEXTE // FLORENT CAMMAS

PHOTOGRAPHE // LAUREEN GAZIO

MUA // SEGOLÈNE TREVIDIC

MODEL // CHARLINE AIM

PRODUCTION & CRÉATRICE // VALÉRIE LIU LINGERIE

lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
Références

SCHLESSER Thomas, « Le corps sadien, délicieux spectacle de la cruauté », Sade, Attaquer le soleil, Beaux-Arts Editions, Paris

JARRY Alfred, Le Surmâle : Roman moderne, Editions de la Revue blanche, Paris 1902.

FOUCAULT Michel, Le corps utopique, Culture française produit par Robert Valette, France culture, 1966.

lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
 
lingerie shooting designer paris dentelle photographe
lingerie shooting designer paris dentelle photographe

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *